Tout ce que vous devez savoir sur le Festival du film de montagne de Banff

Mardi soir dernier, Winter was here! De beaux flocons tombaient sur la ville de Laval et la salle André-Mathieu était pleine à craquer. On aurait dit que Dame Nature avait mis le set up parfait pour le festival du film de montagne de Banff.

Nous étions plusieurs amateurs de sensations fortes à s’être donné rendez-vous. J’y suis allé seul et j’ai fait de belles rencontres. Il est tellement facile de parler de plein air, d’expériences et d’aventures.

Je suis un passionné de l’hiver! Je fais du ski, du télémark, de la course et de la randonnée hivernale. Il arrive parfois, que je manque de motivation ou que ce soit redondant. Lorsque ça arrive, je me motive grâce aux métrages que j’ai vus au Festival du film de montagne de Banff à la Salle André-Mathieu. Neuf films tellement inspirants! Dans le hall, il y avait une superbe exposition en plus du magazine Espace qui était à notre disposition. De plus, la magnifique Monique Richard (première femme à atteindre en solitaire le sommet du mont Logan) était sur place pour nous rencontrer et je fus vraiment impressionné!

Les lumières s’éteignent, un bref discourt d’introduction et nous voilà partis pour deux heures d’actions et d’émotions. J’ai adoré les neuf choix du jury. Les films étaient diversifiés (vélo de montagne, course, ski, randonnée, et surf pour nommer que ceux-là). De plus, la longueur des oeuvres cinématographiques était parfaite. Aucun souci de diffusion ou de son. Les réalisateurs se sont surpassés.

Voici les 9 films qui nous ont été présentés:

Rogue Element Corbet’s Couloir : Un savant mélange de descente en vélo de montagne et de freeski à Jackson Hole.

Rj Ripper : un court métrage qui retrace les débuts du champion nation de Downhill au Népal. LA détermination et l’ambition du jeune Népalais.

For the love of Mary : Le film qui m’a le plus touché. Un homme de 97 ans participe à la course du mont Washington depuis des années. Ses motivations proviennent de sa mise en forme et de sa femme Mary, qui est décédée.

Surface : Ben Thouard trouve une façon unique de photographier à partir de l’ellipse.

Skier vs Drone : Produit par Salomon, l’éternel combat entre l’être humain et la machine. Qui sera le plus rapide.

Dreamride 3 : Des paysages épiques en vélo provenant de la Nouvelle-Zélande.

This mountain life : coast range traverse segment : Mon second choix de la soirée. Une mère et sa fille traversent pendant six mois la chaîne côtière de la Colombie-Britannique. Détermination, courage et vérité.

Ice and Palms : Un périple de 1 800km, des Alpes jusqu’à la Méditerranée. En quête de ski et d’aventures.

The frenchy : Un homme de 82 ans qui repousse les limites grâce à son amour pour l’aventure et son humour.

J’espère sincèrement que le festival du film de montagne de Banff reviendra à Laval l’an prochain car cet événement a sa place dans notre belle banlieue verte et débordante d’activités pour les curieux et les actifs. J’ai beaucoup apprécié ce festival qui s’adresse autant aux néophytes qu’aux aventuriers de plein air. Disons que j’y ai fait le plein d’inspiration jusqu’à la prochaine édition!

En attendant de se revoir à Laval en 2020, voici les villes pour la tournée 2019 https://banffquebec.ca/villes/#villes

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :