Tatouages et préjugés : entrevue avec Jonathan Roberge, porte-parole de Tattoo Nouvelle Ère

Je me suis fait tatouer pour la première fois à 17 ans. Je ne savais pas trop ce que je voulais mais ce geste, en guise de rébellion, était tout sauf rebelle. En fait, je me suis fait tatouer un flocon de neige, calqué sur mon duo-tang Louis Garneau, sur ma fesse droite. Wild child t’sais.

Depuis, mon corps se rempli peu à peu d’encre au grand désespoir de ma famille. Je ne peux expliquer cette attirance que j’ai pour cet art corporel mais je ne pourrais m’en passer. Contrairement aux émissions américaines dédiées au tatouage, mes pièces sont certes uniques mais n’ont pas toujours de grandes histoires profondes ni de signification précise. J’ai un tatou de tatoué sur le mollet juste parce que le jeu de mots me faisait rire.

Cependant, encore plusieurs préjugés pèsent sur les personnes encrées et j’ai eu la chance d’en parler avec Jonathan Roberge, humoriste et porte-parole du salon Tattoo Nouvelle Ère et voici ce qu’il avait à dire:

Pourquoi penses-tu que les tatouages amènent encore autant de préjugés?

Parce que dans les médias, c’est souvent dépeint comme si c’était les marginaux qui en portaient alors qu’en réalité, en 2019, un policier, une femme d’affaire ou encore un parent bien rangé en arborent aussi.C’est comme si automatiquement que tu avais des tatouages, tu étais une personne a problème… Ça sort de l’image parfaite de la petite famille qu’on voit dans une photo démo dans un cadre au Walmart! C’est une mauvaise association à mon avis, c’est même paresseux comme manière de réfléchir… C’est comme si tous les conducteurs de chars rouges étaient des épais qui chauffent mal parce que tu en as déjà vu un

Comment vois-tu ton rôle de porte-parole pour Tattoo Nouvelle Ère?

Je représente justement le père 2.0 super impliqué dans la vie de ses enfants, je représente l’image du trentenaire pas de casier judiciaire, qui n’a jamais commis un crime (Ouin… j’ai déjà volé de la gomme dans un Perrete quand j’avais 10 ans! MAIS J’AI PAS DE CASIER! Hahaha) J’ai réussi dans mon domaine et ce malgré tous mes tattoos… je pense que c’est pour ça!
Je suis un papa, ce qui a de plus commun, mais beurré!

Crédit: Unsplash/tattoonouvelleere

Le salon Tattoo Nouvelle Ère, qui aura lieu les 7-8-9 juin au Salon Richmond de Montréal, propose à tous les adeptes et les curieux de venir découvrir des artistes de renommée mondiale dans une ambiance unique et mystérieuse à l’image des oeuvres d’art qui seront présentées tout au long du weekend.

Je tiens à rappeler également que les tatouages ne sont pas exclusifs à un groupe sélect de personnes. J’ose espérer qu’il n’y a plus de discrimination à même cette communauté. C’est correct si tu veux un tribal des pattes de chat sur les seins comme ta chanteuse pref, Eve. Ce n’est pas correct si tu te fais ridiculiser pour tes choix et tes goûts.

En contre-partie, un tatouage ça se paie. Si tu cherches le deal, tu risques d’avoir un piètre résultat PERMANENT sur ton corps que tu tenteras de couvrir par une pièce plus grosse et plus foncée que tu payeras à sa juste valeur et qu’en bout de ligne, t’auras craché beaucoup plus de cash que si tu avais choisi ton tatoueur en fonction de son talent et non de son tarif.

Sur ce, bon salon les tatoué.e.s!

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :