Les LGBTphobies silencieuses

J’ai publié, le week-end dernier, un article dans lequel je propose 13 activités à faire en couple pour une St-Valentin mémorable. J’y partage mes coups de coeur dont le Spa Natur’eau, le restaurant 425f à Ste-Thérèse et plusieurs autres établissements québécois où il fait bon prendre un verre, jouer dehors ou rire un coup. Bref, des bonnes idées d’activités à faire avec son/sa partenaire de vie, rien de trop révolutionnaire quoi!

Outre l’énumération des dites sorties, j’ai choisi de mettre en photo de couverture, un couple d’hommes. Dans un premier temps, ce n’est vraiment pas évident de trouver une photo libre de droits mettant en scène un couple homosexuel (problème numéro 1) mais je suis très satisfaite de celle dénichée. Dans un deuxième temps, en cette St-Valentin, je voulais m’éloigner des clichés héténormatifs parce que spoiler alert: l’amour n’a pas de genre! Je voulais sortir de mon p’tit moi pour une fois et faire place à d’autres modèles de couples et de familles parce que Ma banlieue ne discrimine personne. Sachez-le.

Je dois vous avouer avoir été déçue par la réaction de certains face à l’article. Les deux entreprises qui l’ont partagé ont reçu des emoticons fâchés de boomers masculins, un commentaire déplacé que j’ai d’ailleurs signalé mais la grande majorité silencieuse m’a davantage perturbée. 80% moins de partages que mes autres articles mais pas moins de vus (?). La question que je me pose ici, êtes-vous mal à l’aise de partager dans vos réseaux, une photo d’un couple d’hommes qui s’embrassent? Avez-vous peur des réactions de vos contacts virtuels?

Je me considère privilégiée d’avoir grandi dans une famille où l’homophobie et le racisme ne faisaient pas partie de nos apprentissages. Ce n’est malheureusement pas le cas pour tout le monde et ça me fend l’intérieur en deux de constater cette grande injustice. Si vous avez apprécié l’article, aviez le goût de le partager dans vos réseaux mais avez hésité par peur de représailles ou tout simplement par malaise, je vous invite à lire ceci:

L’homophobie, la biphobie, la transphobie,
ça se manifeste comment?

{…}
Dans une forme plus quotidienne, elles se
traduisent par des réactions, avouées ou non,
de rejet, d’exclusion : injures verbales ou écrites,
moqueries, humiliations, harcèlement, refus de
service, dégradations de biens et discriminations.
Elles peuvent aussi se manifester par des formes
de commisération, de dédain ou faire l’objet
d’un tabou.
Sos homophobie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :