Le point de bascule

Cette dernière semaine a été rough. Je suis une éternelle optimiste, mais là, je commence à être tannée. Je crois que j’ai atteint le point de bascule. Mes réserves d’énergie et de positivisme sont plutôt basses.

Jeudi 12 mars. Les mesures de confinement et de prévention de la propagation du virus commencent. Je comprends la situation et j’applique toutes les directives. Le mouvement #çavabienaller est lancé et j’embarque à fond. Je me sens plus créative que jamais, je fais du bricolage, des activités et j’écris beaucoup. Je me trouve chanceuse: mon super mari travaille toujours et je continue mon congé de maternité, toujours couverte par le RQAP. On ne manque de rien et, en plus, j’ai une bonne santé mentale.

Dimanche 12 avril. C’est Pâques et mon fils a 6 mois aujourd’hui. D’aussi loin que je ne souvienne, j’ai toujours passé cette fête avec ma famille, entourée de bonne bouffe et de chocolat. Là, mon amoureux travaille et je suis à la maison avec fiston. Une journée qui ressemble à toutes les autres. Les vidéoconférences sont moins fréquentes, parce qu’on n’a pas grand-chose à se dire. Mon monde me manque pour vrai. Mes grands-parents, que j’appelle souvent, me manquent beaucoup. Par-dessus tout, bébé dort de plus en plus mal, donc moi aussi, et ça affecte mon moral.

Le temps commence à être long… On semble avoir atteint le sommet de la fameuse courbe, mais les bonnes nouvelles se font attendre. Puisque ma routine quotidienne est toujours la même, j’ai l’impression de frapper un mur au milieu de l’après-midi. Je tourne en rond, je suis fatiguée, je ne sais plus quoi faire…

Bref, si ce n’est pas facile pour moi, ce ne l’est pour personne. Je n’ai pas trouvé de solution. Le soir, j’en parle avec mon conjoint, qui trouve cela aussi lourd que moi. On s’écoute, on se soutient. On met en place des stratégies pour le sommeil de bébé. On écoute moins les nouvelles et plus de musique. On se trouve des objectifs auxquels s’accrocher pour les prochaines semaines: sortir le mobilier de jardin, vivre notre première fête des mères/pères…

Je vais continuer de chercher le positif dans tout, mais je vais accepter que ce n’est pas top comme situation. Je vais avoir plus de moins bonnes journées.

Il est temps que tout fleurisse dehors.

Crédit: Anastasia Shuraeva sur Pexels

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :