Le paradoxe du vide: c’est aussi correct de relaxer

Comment se fait-il qu’à l’année longue on espère une trêve, un moment pour faire ce qu’on n’a jamais le temps de terminer — ou même de commencer — et qu’une fois cette opportunité devant nous, le bouton performance clignote ?

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑